Asthmaday

Qu’est-ce qui est correcte ?
Qu’est-ce qui ne va pas ?

  1. INAMI-brochure Asthme chez l’adulte
  2. GINA-report p 21-22
  3. ginasthma.org/wad (GINA WORLD ASTMA DAY)
  4. GINA-report 2020 p 37
  5. UK Asthma org – common concerns about medicines
  6. GINA report
  7. astmafonds.nl
  8. Fitch KD. Pharmacotherapy for exercise‑induced asthma: allowing normal levels of activity and sport. Expert Rev. Clin. Pharmacol. 2010; 3 (1): 139–152.
  9. hooikoortsradar.be
  10. Pedersen BK & Saltin B. Scand J Med Sci Sports 2015: (Suppl. 3) 25: 1–72.
  11. Welsh L. et al. Effects of physical conditioning on children and adolescents with asthma. Sports Med 2005; 35 (2): 127-141.
  12. Rottier B. Aandacht voor ademhaling. Cyberpoli Astma.
  13. Boulet LP. & O’Byrne PM. Asthma and exercise-Induced bronchoconstriction in athletes. N Engl J Med 2015; 372 (7): 641-648.

Mythes et réalités

Ne vous laissez pas prendre au dépourvu! Vrai ou faux?

VRAI 1,2

L’asthme est souvent, mais pas toujours, de nature allergique. Les stimuli allergiques sont principalement le pollen, les acariens liés à la poussière de maison et les poils de chat ou de chien. Mais les moisissures peuvent également déclencher une crise d’asthme allergique chez certaines personnes, tout comme certains aliments ou même des médicaments.

Des facteurs non allergiques peuvent également déclencher l’asthme, comme l’air froid, la poussière fine, le brouillard, la fumée, les parfums ou les produits de nettoyage. L’effort physique peut également rétrécir les voies respiratoires et provoquer de l’asthme. On parle alors d’asthme d’effort.

FAUX 2,3

Les symptômes de l’asthme sont dus à une réaction inflammatoire qui se produit dans les voies respiratoires.

Dans certains cas, on peut développer de l’asthme dans le décours de certaines infections virales ou bactériennes atypiques. L’asthme ne correspond cependant pas à une infection active.

Si vous êtes asthmatique, vous ressentirez généralement une plus grande gêne si une telle infection des voies respiratoires survient.

VRAI 1,4

Outre une respiration sifflante et un essoufflement, une toux nocturne est un symptôme très courant de l’asthme.

Cependant, une toux nocturne peut aussi avoir d’autres causes, comme une rhinite ou du reflux.

Il est donc important que vous contactiez votre médecin afin qu’il puisse établir un diagnostic précis.

FAUX 1,5,6

L’asthme est une maladie chronique qui nécessite un traitement continu. Comme traitement de fond, on prescrit généralement une association de cortisone et de bronchodilatateurs à action prolongée, sous la forme d’un inhalateur (puff). Il est important de les administrer quotidiennement comme le médecin l’a prescrit. Cela vous permet de contrôler votre asthme et de réduire au maximum les symptômes et les risques futurs. Vous avez des questions sur vos médicaments ? N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

FAUX  5

C’est un mythe. Si la cortisone était mauvaise pour la santé, vos glandes surrénales n’en produiraient pas une forme spécifique (à savoir le cortisol = hydrocortisone) ! Le cortisol joue notamment un rôle dans votre immunité (défenses naturelles). C’est la raison pour laquelle la cortisone est souvent un traitement de base lorsque le système immunitaire ne fonctionne pas correctement, comme dans le cas de nombreuses maladies inflammatoires, dont l’asthme. L’inhalateur envoie la cortisone directement là où se trouve l’inflammation, c’est-à-dire dans les voies respiratoires. De plus, la quantité de cortisone par bouffée est très faible par rapport aux traitements d’autres maladies. Dès lors, la quantité de cortisone atteignant le sang est infime et n’affecte pas votre propre production de cortisone. En cas de poussées sévères, le médecin vous prescrira parfois des comprimés de cortisone. Ne vous inquiétez pas : il s’agit généralement d’un traitement de courte durée et dans le dosage le plus faible possible, afin de limiter les effets secondaires éventuels.

FAUX (du moins si vous utilisez votre inhalateur correctement)  1,5

Normalement, il ne doit pas rester trop de cortisone dans votre cavité buccale après administration. Il est important que le contenu aboutisse principalement dans vos voies respiratoires. Vous pouvez éventuellement utiliser une chambre d’inhalation. Elle permet d’inhaler des particules plus petites, qui atteignent mieux vos poumons, et il en reste ainsi moins dans la bouche ou la gorge.

Pour éviter tout risque d’infection fongique, il est indispensable de rincer votre bouche avec de l’eau après utilisation de l’inhalateur.

VRAI 1

L’asthme peut survenir à tout âge, bien qu’il apparaisse souvent pendant l’enfance.

FAUX (en tout cas en partie) 1

L’asthme est considéré comme une maladie chronique. On constate toutefois, chez les enfants souffrant d’asthme allergique, que les symptômes diminuent souvent, voire disparaissent complètement, à la puberté.

Si le diagnostic est posé à un âge un peu plus avancé, les chances de guérison sont plus faibles. Mais cela ne signifie naturellement pas que l’on ne peut pas mener une vie normale. Une fois l’asthme sous contrôle grâce aux médicaments, c’est parfaitement possible !

FAUX 1,5,6

Tout enfant asthmatique doit pouvoir mener une vie normale et active. Une fois l’asthme sous contrôle, votre enfant pourra participer à la plupart des activités sans restriction.

Laissez certainement votre enfant faire du sport. L’activité physique permet de renforcer la résistance et d’améliorer la fonction pulmonaire. Jouer d’un instrument à vent peut également être bénéfique pour les poumons.

VRAI 8

Même si vous avez l’impression que l’activité physique aggrave parfois vos symptômes, il est tout de même important de faire du sport ! Certains sports qui nécessitent des efforts intensifs très courts, comme le sprint ou le football, peuvent vous causer plus d’inconfort. Mais les sports d’endurance sont parfaitement possibles et constituent le meilleur moyen de prendre soin de votre fonction pulmonaire. Pensez au jogging, à la marche, au vélo ou à la natation, par exemple. Essayez surtout de faire quelque chose que vous aimez !

Vous éprouvez malgré tout des difficultés à faire du sport ? Aucun problème. Certains inhalateurs peuvent être utilisés une dizaine de minutes avant de commencer votre sport. Demandez conseil à votre médecin.

 

FAUX 7,8,10,11

Vous pouvez parfaitement nager si vous avez de l’asthme ! Étant donné qu’il s’agit d’un sport d’endurance, il est bénéfique pour vos voies respiratoires. Cependant, il est préférable de se baigner dans un environnement où il n’y a pas trop d’émanations de chlore. Choisissez une piscine bien ventilée et évitez les heures de grande affluence.

FAUX (en tout cas en partie) 1,9,12,13

Lors d’un effort prolongé, vous respirez plus intensément et vous le faites par la bouche plutôt que par le nez. Par conséquent, le réchauffement de l’air par le nez disparaît et l’air froid et sec pénètre directement dans vos poumons ce qui déclenche les symptômes de l’asthme. Bien sûr, cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas faire de sport en hiver. Mais porter un masque ou respirer à travers un foulard peut être d’un grand soulagement.

Au printemps et en été, il est particulièrement important de tenir compte de la concentration de pollen et d’ozone dans l’air. Vous souffrez du rhume des foins ? Il est préférable de pratiquer vos activités de plein air avant 10 heures du matin. La quantité de pollen est alors encore assez limitée. Après 10 heures du matin, l’air se réchauffe et tourbillonne, ce qui entraîne une augmentation de la quantité de pollen au niveau du sol. De même, juste après une averse de pluie, l’air est relativement pauvre en pollen, vous pouvez donc sortir faire du sport !